Trouver un logement au Japon

Trouver un logement au Japon relève souvent du parcours du combattant, surtout quand on est étranger. Je vous propose un petit guide qui vous permettra de savoir par où commencer dans vos recherches d’appartement, de studio ou de colocation.

Les prix des logements au Japon

Vous le saviez sûrement déjà, mais Tokyo ou Osaka figurent parmi les villes les plus chers du monde. Ce sont les prix des logements qui sont les premiers en cause, car lorsqu’on analyse le coût de la vie au Japon, on s’aperçoit que beaucoup de postes de dépenses quotidiens sont nettement moins chers qu’en Europe ou en Amérique du Nord.

Les différences de prix des logements entre les villes du Japon

Les prix du marché locatif sont assez élevés, surtout dans les grandes villes japonaises. Evidemment, Tokyo est loin en tête du classement avec des studios négociés à prix d’or. Mais des villes comme Osaka, Kyoto ou Nagoya ne sont pas non plus abordables.

Comme partout ailleurs, la campagne japonaise est nettement moins chère. Mais le véritable problème est d’y trouver un emploi pour pouvoir payer ce logement. Je vous le dis tout de suite, c’est vraiment compliqué en tant qu’étranger.

Les différences de prix des logements entre les villes du Japon

Comme vous pouvez vous en douter, dans une même ville, les prix fluctuent grandement d’un quartier à l’autre. Cela semble logique lorsque l’on connait la taille des villes japonaises.

Par exemple, la capitale japonaise regroupe à elle seule plus de 38 millions d’habitants répartis sur une surface de près de 8000 km². Il n’est vraiment pas aisé de traverser la mégalopole de part et d’autres, si bien que les gens recherchent rarement “un logement à Tokyo”, mais plutôt un appartement ou un colocation dans un arrondissement spécifique ou dans une municipalité périphérique.

Evidemment, ce critère de choix ne sera pas uniquement lié au prix, mais prendra en compte votre temps de trajet pour vous rendre sur votre lieu de travail ou votre école.

Quoi qu’il en soit, les règles sont les même qu’en Europe : les logements les moins chers se trouvent en périphérie des zones d’affluence. Sauf à l’exception de certaines zones présentant des risques plus élevés lors de catastrophes naturelles, comme les îles artificielles ou certaines régions côtières, qui ont souvent des prix plus attractifs.

Des grosses différences en fonction de l’âge du logement

Les prix des logements varient aussi énormément en fonction de leur âge. Les Japonais ne veulent pas vivre dans des logements trop vieux car les dernières normes anti-sismiques n’y sont pas appliquées. En effet, le pays améliore régulièrement ces normes depuis le grand séisme de Kobe qui a fait plus de 6000 morts en 1995. Les habitations les plus anciennes sont donc souvent délaissées et voient leurs prix dégringoler comparativement à des bâtiments plus récents se trouvant dans les mêmes zone.

Les difficultés d’accès aux logements pour les étrangers

Les propriétaires japonais sont souvent réticents à louer leurs appartements ou studios à des étrangers. Soyez sûr que votre candidature sera refusé dès lors qu’un Japonais déposera la sienne, même s’il a des revenus moins élevés que les vôtres.

En savoir plus sur les logements au Japon