Un siècle de beauté japonaise résumé en 90 secondes

Un siècle de beauté japonaise résumé en 90 secondes

Un siècle de beauté japonaise résumé en 90 secondes 1140 585 Michaël da Silva Paternoster

Watchcut vient de sortir une vidéo qui présente les coiffures et maquillages des femmes japonaises de ces 100 dernières années en à peine 90 secondes. Si vous avez déjà vu la vidéo et que vous voulez en savoir plus, cet article est fait pour vous !

La dernière vidéo de Watchcut, qui présente l’évolution des standards de beauté au Japon sur un siècle, est devenue virale en à peine 24 heures. Près d’une quinzaine de styles qui ont inspiré les femmes de l’archipel y sont recréés.

Cette vidéo est le seizième épisode d’une série intitulé « 100 years of beauty ». Le concept et simple, prenez une femme, faites appel à une équipe de maquilleurs et de coiffeurs, et tentez de reproduire les styles qui ont marqué chaque décennie de 1910 à nos jours. Des vidéos sur le même modèle ont déjà été réalisée sur des pays comme la Corée ou la Chine.

Une minute et demie c’est court, et il n’est pas toujours simple de comprendre l’origine de chacun des styles évoqués. Nous vous proposons donc de lire la suite de l’article pour en savoir plus sur la plupart des modes représentées dans la vidéo « 100 years of Beauty – Episode 16: Japan ».

1910 : Un mélange entre traditions japonaises et inspirations britanniques

9ebc0dc6855d49949d702e8049792926

Une coiffure entre le Japon traditionnel et le style Edwardien pour les Japonaises d’il y a 100 ans.

Pendant les années 1910, l’empereur Taisho a poursuivi la politique d’occidentalisation de son père et a envoyé de nombreux nobles de son pays dans les différentes cours d’Europe afin qu’ils étudient les cultures et la société du vieux continent.

1920 : La permanente

Japan-Haircut-1920

Il y a approximativement 10 kilogrammes de produits chimiques pour faire tenir les cheveux qui se trouve sur l’image ci-dessus.

Le Japon est en pleine croissance économique. Le pays se modernise et s’urbanise. Cette décennie correspond notamment à la parution du premier magazine féminin au pays du soleil levant.

1930 : Les « Moga »

La femme japonaise de l’entre deux guerres ne sort jamais sans son petit chapeau feutré. Ça permet d’économiser sur les produits chimiques.

Vent de « liberté » sur le Japon à la veuille de la seconde guerre mondiale. Les femmes commencent à s’émanciper, et à revendiquer des droits qui vont à l’encontre des normes de l’époque. Les « Moga » sont d’ailleurs très mal considérées par les hommes les plus conservateurs, qui sont au pouvoir.

1940 : La seconde guerre mondiale

Japan-Haircut-1940

On attache ses cheveux et c’est parti pour la guerre ! Yatta !

La Seconde Guerre Mondiale est une période difficile pour les japonaises qui veulent exprimer leur féminité. Une campagne nationale vise d’ailleurs à « lutter » contre les permanentes. En conséquence, les coiffures sont simplifiées.

1950 : Une influence hollywoodienne

Audrey Hepburn es-tu là ?

Audrey Hepburn es-tu là ?

l’Occupation américaine rapporte son lot de styles au Japon. Les stars d’Hollywood sont les premières à influencer les femmes japonaises de l’après guerre.

1960 : Les go-go girls

"All the single ladies, all the single ladies, oh oh oh !"

« All the single ladies, all the single ladies, oh oh oh ! »

Le Japon connait un boom économique sans précédent. C’est aussi la période où de vraies pop stars japonaises émergent. La coiffure de la vidéo est inspirée par la chanteuse des sixties Chiyo Okumura.

1970 : Retour aux traditions

Japan-Haircut-1970

Ces femmes sont aisément transposables en poupées Kokeshi.

Yamaguchi Sayoko, la première top model japonaise reconnue mondialement, a inspiré cette coiffure populaire des années 70.

1980 : La marque de la chanteuse Matsuda Seiko

Japan-Haircut-1980

Le culte du Kawaii prend racine dans les années 80.

Le style « Burikko » débarque avec la chanteuse Matsuda Seiko. Ce terme est employé pour définir une apparence physique et/ou un comportement qui tendent à rappeler l’air mignon d’une jeune fille et tout ce qui va avec : crédulité, soumission, impuissance… Je m’arrête là sinon ça va devenir trash.

1990 : Les Ganguro

Toujours prête pour Halloween !

Toujours prêtes pour Halloween !

Le style Ganguro est caractéristique des années 90. Cette sous-culture contredit tous les codes de la beauté traditionnelle japonaise avec des cheveux décolorées, des lentilles de couleur, une peau bronzé et un maquillage extravagant. Une mode que beaucoup de personnes aimeraient oublier.

2000 : Un style plus naturel et puis du volume

Après la tendance Ganguro nous passons à quelque chose de plus naturel.

Pour le côté plus excentrique, le magazine féminin Koakuma Ageha est à l’origine d’un look qui combine coiffures volumineuses et abondance de maquillage. Voilà comment les entreprises de cosmétiques ont fait fortune en Asie dans les années 2000…

2010 : Des Harajuku Girls

Harajuku-Girls

Kyary Pamyu Pamyu et une bonne grippe sont passées par là.

La société japonaise est réputée pour ne pas vraiment laisser de place pour la différence et favoriser l’homogénéité. Malgré cela, les Harajuku Girls, et leur contre-culture, s’imposent dans les années 2010. Héritières non-avouées des Gothic Lolita, elles ont pour ambassadrice la chanteuse et mannequin Kyary Pamyu Pamyu, qui a réussi à exporter le mouvement auprès de demoiselles du monde entier.

Pour résumer, durant ce siècle le Japon n’a eu de cesse de s’inspirer de l’Occident pour proposer sa propre vision de la mode, et par extension, de la beauté à la japonaise. Nous retrouvons d’ailleurs ce phénomène dans de nombreux aspects de la culture populaires japonaises du XXe et du XXIe siècle : les bandes-dessinées, la musique, le cinéma… Mais ça nous en parlerons dans de prochains articles !


La plupart des informations de cet article sont tirées du making of de la vidéo, qui est en anglais. Toutes les images de cet article proviennent de Watchcut, la chaîne Youtube qui a produit cette vidéo.

Michaël da Silva Paternoster

Je suis un français vivant à Tokyo, où je travaille en tant que manager et consultant en web marketing depuis plusieurs années. J’ai décidé de partager mes conseils de voyages et diverses astuces qui vous aideront à vous installer au Japon sur ce blog.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster