Comment trouver un stage au Japon ?

150 150 Michaël da Silva Paternoster

Dans cet article, je vais vous expliquer les différences entre les stages au Japon et en Occident. Je vais aussi vous donner des pistes qui vous permettront de devenir stagiaire au Japon.

Qu’est ce qu’un stage au Japon ?

Cette question peut sembler absurde, mais croyez-moi, elle ne l’est pas. Le concept de stage comme nous l’entendons en Occident, n’existe pas vraiment au Japon. En effet, la plupart des étudiants japonais n’ont pas besoin de réaliser un stage en entreprise pour obtenir leur diplôme. Ils acquièrent leurs premiers galons dans le monde du travail à la fin de leurs études, une fois qu’ils ont leur diplôme universitaire en poche.

C’est pour cette raison que les stages ne sont pas monnaie courante au Pays du Soleil-Levant. Mais rassurez vous, ils existent ! Je pourrais même dire que les entreprises internationales ainsi que les start-ups basées au Japon font de plus en plus d’offres de stage. Il vous faudra juste faire plus d’efforts qu’en France pour pouvoir espérer devenir stagiaire au Japon.

Peut-on être rémunéré ?

Officiellement, vous ne pouvez pas être rémunéré pour un stage au Japon. Officieusement, les stagiaires peuvent toucher des indemnités qui couvrent tout ou partie de leurs dépenses.

Cependant, gardez en tête que l’entreprise n’est pas obligée de vous offrir ces indemnités. Il est donc possible que l’on ne vous accorde rien du tout. Dans ce cas, pensez à partir avec assez d’argent pour vivre la durée de votre stage. Idéalement, informez vous sur le coût de la vie au Japon.

Qui peut postuler pour devenir stagiaire au Japon ?

Ne vous imaginez pas que les entreprises basées au Japon recherchent uniquement des profils dingues. Les étudiants ont souvent quelques idées reçues concernant les exigences des entreprises nippones. J’aimerais donc clarifier les choses :

  • Non, vous n’avez pas besoin d’être dans une grande école pour devenir stagiaire au Japon. De toute façon, la plupart des managers au Japon sont incapables de citer une seule université ou école en France, en Belgique ou au Canada.
  • Non, vous n’avez pas besoin d’avoir déjà un diplôme pour commencer à chercher un stage. Vous pouvez très bien trouver un stage en étant en première année.
  • Non, vous n’avez pas besoin de parler japonais pour devenir stagiaire au Japon. Un bon niveau d’anglais est suffisant pour de nombreuses entreprises. Mais avons-le, des compétences linguistiques en japonais peuvent vous ouvrir des portes supplémentaires.

N’ayez pas peur de tenter votre chance. Mon conseil serait seulement de ne pas concentrer toutes vos recherches au Japon, surtout s’il vous faut impérativement un stage pour valider votre année.

Où trouver une entreprise qui cherche un stagiaire ?

Le point le plus compliqué pour réaliser un stage au Japon est de savoir où chercher une entreprise qui voudra bien de vous. Je vous rassure tout de suite, vous n’avez pas besoin d’être un cousin éloigné de Shinzo Abe pour devenir stagiaire au Japon.

Vous pouvez trouver un stage au Japon en passant par différentes voies accessibles à tous. Je vous en liste quelques unes ci-après.

La plateforme KOPRA

KOPRA est un site web spécialisé dans les offres et les demandes de stage en Asie de l’Est. C’est donc un superbe outil pour trouver les entreprises qui cherchent des stagiaires et postuler à quelques offres.

Le problème, c’est qu’à l’heure où j’écris cet article, il y a 600 offres pour environ 20 000 demandeurs de stage. Et oui ! La concurrence est rude sur cette plateforme.

Heureusement, j’ai quelques autres astuces à vous proposer !

Votre université ou votre école

Parfois il n’est pas nécessaire de contacter des gens à l’autre bout du monde pour trouver votre stage au Japon. Si vous n’avez pas nécessairement de contacts qui pourraient vous aider dans votre entourage, ne négligez pas le réseau de votre établissement scolaire.

La plupart des universités et des écoles ont des partenariats avec des entreprises, des associations ou d’autres établissements scolaires à l’étranger. Contactez les personnes en charge de ces réseaux ou utilisez les outils mis à votre disposition pour activer le réseau de votre université ou école.

Les réseaux sociaux professionnels

Les réseaux sociaux professionnels sont remplis d’opportunités, même pour les étudiants ! Vous auriez tort d’attendre de rentrer dans la vie active pour commencer à vous inscrire sur ce type de réseaux sociaux.

Ces dans ce type d’endroit que vous pourrez trouver le plus facilement les contacts qui vous permettront de vous créer vos propres opportunités. En effet, vous n’avez pas toujours besoin d’attendre qu’une entreprise publie une offre de stage pour la contacter. Parfois il suffit juste d’envoyer un message privé à une personne ayant assez de pouvoir pour faire passer votre candidature spontanée pour trouver ce que vous cherchiez. N’ayez pas peur d’importuner les gens, contactez-les et vous aurez des réponses !

Il y a deux réseaux sociaux professionnels sur lesquels vous devez absolument vous inscrire :

  • LinkedIn : c’est le leader incontesté des réseaux sociaux professionnels. Il est presque devenu obligatoire de s’y inscrire lorsque vous êtes CSP+.
  • Wantedly : ce réseau social professionnel japonais a une approche plus « friendly » que LinkedIn. Vous y trouverez de nombreuses start-ups japonaises.

Sinon, vous pouvez également vous rabattre sur Facebook. Certains groupes se sont spécialisés dans la diffusion d’offres d’emploi. Encore une fois, n’hésitez pas à être proactif et à publier un message qui explique votre parcours et ce que vous recherchez.

Craigslist

Ce site américain de petites annonces n’est pas encore très populaire en France, car nous avons notre Le Bon Coin national. Cependant, de nombreux étrangers et des entreprises à la recherche de profils étrangers postent régulièrement sur cette plateforme au Japon. Vous aurez donc la possibilité d’y trouver de nouvelles annonces tous les jours.

Les offres sont la plupart du temps rédigées en Anglais. Vous n’aurez donc pas besoin d’être un as en langue japonaise pour pouvoir postuler. En outre, le site web vous permet de sélectionner des offres d’emploi par secteur d’activité. C’est super pratique !

Veuillez noter que différents portails Craigslist existent. Il y en a huit rien qu’au Japon :

Avant que vous commenciez à postuler, je tiens aussi à vous mettre en garde. Il est assez facile de poster une annonce sur Craigslist. Pour cette raison, il faut rester vigilant lorsque vous échangez avec les personnes qui ont publié une offre. Certaines offres sont parfois de belles arnaques. Faites donc bien attention.

Qu’est ce qu’il vous faut dans votre candidature ?

Comme en France, deux éléments peuvent constituer votre dossier de candidature : le CV et la lettre de motivation. Les personnes souhaitant devenir stagiaire dans le domaine du design, de l’image ou du développement peuvent également fournir un portfolio. Mais je n’aborderai pas ce dernier support dans cette partie, car il varie énormément en fonction de votre domaine.

Le CV

Contrairement à ce que beaucoup d’autres sites vous diront, il n’est pas nécessaire de faire votre CV à la Japonaise. En effet, le « Rirekisho » n’est pas une obligation, surtout lorsque vous êtes étranger. Assurez vous de traduire votre CV en Anglais et en Japonais afin qu’il soit intelligible pour le maximum de managers et de responsables des ressources humaines.

Travaillez vraiment votre CV pour mettre en avant ce qui vous différencie des Japonais qui viennent d’entrer sur le marché du travail. L’entreprise doit comprendre que votre profil atypique sera un plus pour leur business. Croyez le ou non, même sans expérience vous avez quelque chose à apporter aux entreprises japonaises.

La lettre de motivation

Dans certains cas il vous faudra une lettre de motivation. Si vous n’êtes pas capable d’écrire en Japonais, ne soyez pas tentez de passer par Google Translate. Ça ne fonctionne pas. Ecrivez simplement votre lettre de motivation en Anglais. Elle sera lue par qui le pourra. Mais au moins vous ne ferez pas de fautes dans une langue que vous ne maîtrisez pas.

Quel visa faut il avoir pour faire un stage au Japon ?

Il reste une question à traiter, et elle n’est pas des moindre dans un pays où les lois sur l’immigration sont strictes : le visa ! En effet, vous pouvez réaliser un stage en possédant plusieurs types de visa. Vos droits changent énormément en fonction du type de visa. Faites donc très attention, car les entreprises ne sont pas toujours au courant des lois sur l’immigration.

Les stages de moins de 90 jours

Pour effectuer un stage non-rémunéré de moins de trois mois, vous pouvez utiliser un simple visa de touriste. Dans ce cas, vous n’aurez pas grand chose à faire puisque ce visa vous est remis gratuitement à votre arrivée sur le sol japonais. Veuillez noter que le visa de touriste a une durée de validité de 90 jours. Faites donc bien attention à ce que votre stage s’achève bien avant la fin de sa validité.

Autrement, vous pouvez réaliser ce type de stage avec tous les autres types de visas : étudiant, working holiday

Les stages de plus de 90 jours

Hors de question de faire un stage de plus de 90 jours avec un visa de touriste. Dans ce cas, tournez vous plutôt vers le visa de stage, aussi appelé « cultural activities », ou un visa étudiant.

Comme je le disais plus tôt, l’immigration japonaise est plutôt dure lorsqu’il s’agit de délivrer des visas. Vous n’avez donc aucune garantie d’obtenir votre visa de stage, même si vous avez avez trouvé une entreprise qui vous accepte en tant que stagiaire.

En outre, vous pouvez aussi faire un stage en entreprise avec un visa vacances-travail. Cependant, je ne vous conseille pas forcément d’utiliser votre unique chance d’avoir un PVT pour uniquement réaliser un stage. Utilisez cette carte en dernier recours. Ce serait dommage de ne pas pouvoir profiter intégralement de ce visa qui vous permet de vivre une année entière au Japon. Surtout qu’après un stage au Japon, il est fort probable que vous ayez envie de revenir plus longuement après.

Je pense avoir fait le tour de la question des stages au Japon. Je vous invite à poser vos questions ou vos bons plans dans les commentaires de cet article. Bonne chance à vous dans votre recherche de stage !


La photo qui illustre cet article est de B Lucava et est sous licence Creative Commons.

Michaël da Silva Paternoster

Je suis un français vivant à Tokyo, où je travaille en tant que manager et consultant en web marketing depuis plusieurs années. J’ai décidé de partager mes conseils de voyages et diverses astuces qui vous aideront à vous installer au Japon sur ce blog.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster