Travailler au Japon sans parler Japonais

Travailler au Japon sans parler Japonais

Travailler au Japon sans parler Japonais 1140 585 Michaël da Silva Paternoster

Mannequin ou figurant au Japon

Je commence ce dossier avec un emploi que tout le monde rêve de faire, puisqu’il n’est pas pénible, ne requière aucun diplôme, ni aucune compétence linguistique (dans la plupart des cas), et paie plutôt bien : le mannequinat.

Je suis sûr que beaucoup d’entre vous n’y croient pas. Mais il est assez simple de devenir mannequin ou figurant au Japon. En effet, les annonceurs et les sociétés de production japonaises sont toujours à la recherche de profils non-asiatiques pour poser dans leurs publicités ou jouer dans leurs vidéos. Face à cette énorme demande, plusieurs agences se sont spécialisées sur ce créneau. Elles ne proposent que des mannequins étrangers.

Certaines de ces agences ne sont pas très regardantes sur votre passif et ne vous demanderont pas d’avoir un book avec des photos professionnelles. La plupart d’entre elles prendront rendez-vous avec vous pour réaliser quelques clichés qui leur permettront de vous vendre auprès de leurs clients.

Veuillez noter que vous avez plus de chances de réussir dans ce filon si :

  • Vous avez une bonne tête sans être pour autant canon. Veuillez noter que les compliments de votre maman ne sont pas suffisants pour valider ce point.
  • Vous n’êtes pas est-asiatique. Les agences ont déjà de quoi faire sur ces types de profils, même si vous êtes Vietnamien ou Khmer.

Si tel est votre cas, le mannequinat peut devenir une véritable mine d’or, car les besognes sont grassement payées. Le seul problème de ce métier est qu’il est basé sur des missions de courte-durée. Certains mois vous enchainerez les shootings et les tournages et d’autres mois vous devrez vous serrer la ceinture ou trouver un autre emploi.

De toutes les façons, il est préférable d’avoir un emploi à mi-temps à côté de votre activité de model. Cela limitera les risques de disette et vous assurera une entrée d’argent régulière.

Avantages :

    • Très bien payé.
    • Peu pénible.
    • Ne requière aucun diplôme.

Inconvénients :

    • Rentrées d’argent aléatoires.
    • Complexe à convertir en visa travail.

Travailler dans la restauration

Le secteur le plus simple où trouver un emploi à mi-temps au Japon reste de loin la restauration. Ce secteur offre un choix de métiers assez étendu. Il y en aura donc pour tous les goûts, sauf pour les gens qui rêvent d’être bien payé.

  • Serveur : des notions de Japonais vous seront parfois demandées. Rien d’insurmontable, mais vous pouvez passer outre en travaillant pour un restaurant Français qui veut se la jouer « authentique ».
  • Commis de cuisine : vous serez sous les ordres du chef en cuisine. Un métier stressant qu’il faut aimer.
  • Plongeur : le métier le plus fun de la Terre. Ici il n’y a pas de tuba, ni de masque à oxygène, juste une éponge et du Paic Citron.

Avec ces emplois, n’espérez pas être payé plus de 1500 yens de l’heure. La plupart des débutants commencent même aux alentours de 950 à 1100 yens brut. Autant vous le dire d’avance, vous ne pourrez pas vivre de ces emplois sauf si vous travaillez à plein temps.

Avantages :

    • Ne requière aucun diplôme dans la plupart des cas.
    • Possibilité de faire du temps partiel.

Inconvénients :

    • Plutôt mal payé.
    • Souvent des horaires pourris.
    • Tâches répétitives et plutôt pénibles.
    • Pratiquement impossible à convertir en visa de travail. Sauf si vous avez une véritable expertise.

Les chats hosts

Du côté des métiers moins traditionnels on trouve les chat hosts. La plupart des gens qui exercent ce métier travaillent dans des cafés spécialisés. Ce type d’emploi est assez proche du secteur de l’éducation et du métier de tuteur de langue. Sans la préparation des cours et la reconnaissance qui va avec.

Le travail des chats hosts est assez simple à expliquer. Des clients japonais se rendent dans des cafés pour s’exercer dans des langues étrangères en discutant avec des chat hosts natifs dans ces langues.

Évidemment, la langue la plus plébiscité est l’Anglais. Mais quelques Chat hosts travaillent en Français. C’était notamment le cas d’un des blogueurs français les plus connus.

Avantages :

    • Ne requière aucun diplôme.
    • Possibilité de faire du temps partiel.

Inconvénients :

    • Plutôt mal payé.
    • Souvent des horaires et une ambiance de travail pourris.
    • Impossible à convertir en visa de travail.

Baby-sitter

Les familles d’expatriés au Japon sont parfois à la recherche de baby-sitters capables de parler leur langue, ou l’Anglais. C’est donc une superbe opportunité si vous aimez la marmaille et que vous pouvez être flexible sur les horaires.

Il est également possible de réaliser ce genre d’emploi dans des familles japonaises. Les familles natives (et fortunées) sont parfois à la recherche de baby-sitters bilingue en Anglais. De cette façon, leur descendance est surveillée par un adulte qui leur apprend en même temps une langue étrangère. Pas con.

Sachez que si vous êtes un homme, cela sera nettement plus difficile pour vous de travailler dans ce filon. Les mentalités sont les mêmes qu’en Occident : « les femmes sont prédisposées pour s’occuper des enfants ».

Avantages :

    • Bien payé
    • Ne requière aucun diplôme.

Inconvénients :

    • Vous devez être flexible sur les horaires.
    • Impossible à convertir en visa de travail.

Faire des ménages

C’est un secteur en plein expansion grâce à l’accroissement continu du nombre de touristes au Japon. En effet, de nombreux hôtels et des loueurs sur Airbnb sont à la recherche de gens pour nettoyer leurs chambres et appartements. Pourquoi pas vous ?

Avantages :

    • Ne requière aucun diplôme.

Inconvénients :

    • Attention à rester dans la légalité !
    • Vous devez être flexible sur les horaires.
    • Impossible à convertir en visa de travail.

Distributeur de flyers

Les écoles de langues, les entreprises visant les étrangers et celles voulant se donner une image internationale font souvent appel à des étudiants ou des PVTistes pour distribuer des flyers dans la rue. Un peu comme les ONG à la sortie des stations de métro en France ou en Belgique.

Ces entreprises vous demanderont souvent d’avoir un bon niveau en Anglais, à défaut d’avoir des compétences en Japonais.

Avantages :

    • Ne requière aucun diplôme.

Inconvénients :

    • Plutôt mal payé.
    • Impossible à convertir en visa de travail.

La photo qui illustre cet article est de Mirai Takahashi et est sous licence Creative Commons.

Michaël da Silva Paternoster

Je suis un français vivant à Tokyo, où je travaille en tant que manager et consultant en web marketing depuis plusieurs années. J’ai décidé de partager mes conseils de voyages et diverses astuces qui vous aideront à vous installer au Japon sur ce blog.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster
  • il n’est pas necessaire d’avoir un contrat de travail avant de venir au japon travailler, le mieux est de venir etudier le Japonais avec un visa etudiant, si possible dans une universite connu, une fois qu’on maitrise le japonais assez bien pour pouvoir avoir une discussion de tous les jours et les bases de la conversation buisness, on cherche du travail sur place, d’abors dans les hotel et les restaus puis dans des entreprises plus specialise. Il n’est pas imperatif de parler parfaitement japonais mais il faut le comprendre. Par contre un niveau d’anglais proche d’un niveau natif est necessaire.

Les commentaires sont fermés.