Kami-Shirataki : une gare pour un seul passager

150 150 Michaël da Silva Paternoster

Au Nord du Japon, dans la préfecture d’Hokkaido, la gare presque désaffectée de Kami-Shirataki continue de fonctionner pour un seul passager.

Kami-Shirataki, une gare pas comme les autres

La gare de Kami-Shirataki est officiellement rentrée dans la liste des lieux les plus « What The Fuck » du Japon grâce à un article de CCTV News qui lève le voile sur cet endroit qui aurait pu rester inconnu. Cette station qui se trouve dans la préfecture d’Hokkaido, au Nord du pays, n’accueille qu’un seul passager par jour : une jeune lycéenne qui y prend le train pour se rendre en cours.

Une lycéenne attend son train à Kami-Shirataki

La lycéenne attend son train à la gare de Kami-Shirataki.

Le train ne s’arrête donc que deux fois par jour dans cette gare perdue sur l’île la plus septentrionale du Japon : une fois le matin, pour récupérer la jeune fille sur son chemin pour l’école, et une seconde fois le soir, pour déposer la demoiselle après sa journée au lycée.

Japan Railways maintient son service à Kami-Shirataki

Il y a trois ans, Japan Railways a décidé de maintenir son service dans la gare de Kami-Shirataki, malgré sa très (très très) faible affluence. La compagnie japonaise s’apprêtait d’ailleurs à fermer définitivement cette station, avant de s’apercevoir qu’un usager continuait à emprunter quotidiennement ses quais.

L’exploitant de la ligne de train s’est donc engagée à maintenir son service dans la gare jusqu’à ce que la jeune femme obtienne son diplôme. Des trains devraient donc continuer à s’arrêter à Kami-Shirataki jusqu’au mois de Mars 2016. Mois durant lequel la demoiselle devrait finir sa dernière année au lycée.

Cette démarche montre à quel point l’équivalent de la SNCF au Japon est prêt à aller pour satisfaire ses usagers. Les lecteurs qui ont eu la chance de prendre au moins un train au Japon ne me contrediront pas, j’en suis sûr.

Fermetures de gares en série à cause de la décroissance de la population

Cette histoire insolite met aussi en lumière l’impact de la décroissance de la population japonaise sur des choses aussi banales que les transports en commun. En effet, le Japon a l’un des taux de natalité les plus faibles au monde. L’archipel devrait perdre un tiers de sa population d’ici à 2060.

Les zones rurales se vident. Ce qui avait été construit dans le passé n’a parfois plus lieu d’être. Le sort de la gare de Kami-Shirataki n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. En quelques années, 20 lignes de train ont été arrêtées rien que dans la préfecture d’Hokkaido.

Michaël da Silva Paternoster

Français vivant au Japon depuis 2016. Je travaille en tant que manager et consultant en marketing pour plusieurs entreprises japonaises et étrangères.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster