Ema : les plaques de voeux japonaises

Ema : les plaques de voeux japonaises

1140 584 Michaël da Silva Paternoster

Les ema , écrit 絵馬 en Japonais, sont des plaques en bois utilisées dans les rites shintoïstes. Les croyants y inscrivent un vœux, dans l’espoir qu’il se réalise.

Les ema peuvent être trouvé dans la plupart des temples shinto, mais également bouddhistes. En effet, les deux religions sont devenues pratiquement indissociables au Japon. Ce qui explique pourquoi l’on peut régulièrement trouver des éléments religieux d’une croyance dans des lieux de culte de l’autre religion.

Comment utiliser un ema ?

Le plus souvent, il faut payer ces plaques en bois au guichet du temple. Elles sont entre 500 et 1000 yens l’unité. Leur achat permet aux temples de financer une partie de leurs frais. Les croyants y écrivent leur vœux sur la face vierge de la plaque. l’Autre étant généralement recouverte d’un dessin représentant un animal ou une créature mythique propre au temple dans lequel on se trouve.

Une fois que ceci fait, vous n’aurez plus qu’à accrocher votre ema sur le support dédié à cet effet. Il est tout simplement impossible que vous vous trompiez, puisque ces supports sont déjà rempli de plaquettes déposées par les personnes qui vous ont précédé. Il est souvent amusant de trouver des vœux écrits par des touristes étrangers. Ils profitent de ce support pour remercier leurs hôtes et souhaiter santé et succès à leurs proches à l’autre bout de la planète.

En vérité, il n’y a aucune règle à respecter. l’Ema est un espace d’expression dont les seules limites sont votre imagination, votre amour et votre compassion. #poésie

l'Ema est un espace d'expression dont les seules limites sont votre imagination et votre compassion. Cliquez pour Tweet

Les locaux, et notamment les personnes âgées, prennent cette tradition plus au sérieux. Comme les églises pour le catholicisme, les temples shinto sont les maisons des dieux. Les esprits des kami, les divinités japonaises, sont supposées toujours rôder dans les parages. En laissant leurs ema dans l’enceinte du temple, les shintoïstes ont la garantie que leurs messages seront lus par les divinités concernées. C’est une sorte de divine boîte aux lettres.

D’où vient cette tradition ?

Le mot ema est composé de deux kanji :

  1. 絵 : Image
  2. 馬 : Cheval

Pourquoi ? Et bien…

Durant l’époque Nara, les Japonais offraient des chevaux aux temples shinto pour que les dieux soient plus en clin à exaucer leurs prières. Mais, vous vous doutez que même à cette époque l’individu moyen avait assez peu de chance de posséder assez de chevaux pour s’assurer santé, richesse et performances sexuelles (Celle là, c’est cadeau 😉 ).

Les personnes qui n’étaient pas en possession d’un troupeau de chevaux ont donc mis au point une combine qui leur a permis d’offrir des équidés aux kami sans avoir à payer des kilos de foin et ramasser quotidiennement des crottins. Ils se mirent à utiliser des plaques de bois sur lesquelles étaient représentés des chevaux. Avec le temps, les chevaux n’ont plus eu le monopole sur le recto des ema. Si bien qu’aujourd’hui on peut même trouver des ema Hello Kitty.

Michaël da Silva Paternoster

Français vivant au Japon depuis 2016. Je travaille en tant que manager et consultant en marketing pour plusieurs entreprises japonaises et étrangères.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster
  • Ici, notre temple local a des ema illustrés d’une jeune fille esprit manga, avec les cheveux roses ! C’est un temple fondé par l’industrie textile locale (soieries) et ils ont choisi « Orihime » comme mascotte, à la sauce animé !

  • Merci pour cette histoire ! Du cheval à une plaque de bois Hello Kitty… : Il y a du chemin de fait ! lol 🙂

  • Savez-vous comment sont gérés les « portes-ema » ? Je suppose qu’ils les laissent qu’un certain moment mais avez-vous des informations concernant les cycles ou les usages ?

    • Aucune idée ! Cela doit dépendre des temples. Certains temples de quartiers ne doivent pas avoir besoin de retirer les plaques régulièrement.

Laisser une réponse