Comment dire Oui et Non en Japonais

Comment dire Oui et Non en Japonais

Comment dire Oui et Non en Japonais 1140 585 Michaël da Silva Paternoster

Il existe de nombreuses façons de dire « oui » et « non » en Japonais. Il y en a tellement que je ne pourrai pas toutes les aborder le temps d’un article. Je tâcherai donc de vous énumérer les façons les plus courantes d’accepter ou de refuser des offres ou des requêtes en Japonais. l’Objectif étant que vous soyez suffisamment armé pour comprendre et affronter la politesse ainsi que la mauvaise foi japonaise.

Cet article est évidemment en deux parties :

  1. Comment dire « Oui » en Japonais
  2. Comment dire « Non » en Japonais

Oui en Japonais

« Oui » se dit littéralement de cette façon en Japonais :

Hai
はい

Concrètement cela se prononce comme « Aïe » en Français, mais cela signifie bien qu’une personne donne son assentiment.

Confirmer quelque chose en Japonais

Le terme équivalent à « En effet » est utilisé à toutes les sauces au Japon. Vous entendrez souvent les gens dans la rue dire :

Wakarimashita
わかりました

Accepter une demande

Dôzo
どうぞ

Ce mot est une formule de politesse qui peut être traduit par « Je vous en prie ». Il peut être utilisé lorsque quelqu’un vous demande s’il peut faire quelque chose ou pas.

Les manières informelles de dire « Oui » en Japonais

Après la Seconde Guerre Mondiale, les Américains n’ont pas fait que réécrire la constitution du Japon, ils ont aussi laissé leur trace dans la langue japonaise. Ainsi, les Japonais disent parfois « OK » lorsqu’ils sont entre amis.

Lost in Translation n'était qu'un mensonge.

Lost in Translation n’était qu’un mensonge.

Autrement, ils aiment aussi les onomatopées. Pour dire « oui », vous pouvez utiliser les suivantes : « Aah », « Eeh » et « Hum » (souvent retranscrite en « うん »).

Non en Japonais

Il existe un mot très simple pour dire « non » en Japonais :

Iie
いいえ

Cela se prononce presque comme « yeah » mais c’est bien d’un refus dont il s’agit… C’est plutôt déroutant, mais c’est du Japonais, donc vous deviez vous y attendre. Ça expliquerait aussi pourquoi certains « pickup artists » (pour ne pas dire « violeurs ») pensent que les femmes japonaises sont plus facile à aborder que partout ailleurs.

Sailor Moon dit "Yeah!"

Sailor Moon et ses potes en pleine dépression.

De toute façon, vous n’entendrez pratiquement jamais les gens dire « Iie ». Sauf entre bons amis. Culturellement, les Japonais n’aiment pas dire ouvertement « non », cela les embarrasse. Lorsqu’ils ne feignent pas de n’avoir pas entendu votre requête, ils passent par de fourbes stratagèmes pour esquiver votre demande.

Refuser poliment en faisant patienter son interlocuteur

Le subterfuge le plus simple pour les Japonais est de jouer avec le temps. Ainsi on vous laisse croire qu’il y a un petit espoir de réponse affirmative qui se profile dans un futur proche. Alors qu’en fait il n’en est rien !

Le terme le plus courant pour vous laisser sans réponse pourrait être traduit par « un instant » :

Chotto
ちょっと

Sauf que les instants d’attente durent une éternité au Japon. C’est vraiment une langue poétique !

Bill Murray et son réveil

Bill Murray, il en a rien à foutre, il veut une réponse maintenant !

Les Japonais sont aussi des gens très réfléchis. Ils ne laissent jamais rien au hasard et ils s’accordent souvent des temps de réflexions éternels pour être sûr de ne pas faire d’erreur. Car les erreurs c’est embarrassant.

Kentou shimasu
検討します
けんとうします

Ce terme signifie « Je vais y réflechir. » et il peut être utilisé à toutes les sauces. Même dans des situations quotidiennes qui nécessitent souvent moins de deux secondes de réflexion. Exemple :

« Hey Toshiro, tu peux me prêter ton stylo trente secondes ? »
Kentaro, un homme lettré sans stylo

« Je vais-y réflechir, Kentaro, je vais y réflechir… »
Toshiro, un collègue japonais sur qui on peut toujours compter

Ce genre de scènes me fait penser qu’il y a vraiment peu de différence entre les Japonais et le service client de mon opérateur téléphonique en France. Les termes qui vont suivre ne font que me conforter dans ce sentiment.

Refuser en invoquant son incompétence

Parfois, les Japonais préfèrent tout simplement affirmer qu’ils ne sont pas capables de répondre à votre demande. Pour cela ils aiment dire que c’est « difficile » :

Muzukashii
難しい
むずかしい

Les plus dingues n’hésiteront pas à être à la limite de la franchise en formulant la phrase « Je ne peux pas » :

Dekimasen
できません

Ce dernier terme est encore poli, mais il existe des façons plus trashs de communiquer son rejet. Et chez Nipponrama on aime parler comme des voyous.

Dire « Non » comme un badass

Une poignée de Japonais ne seront pas réticents à formuler ouvertement leur refus. Comme avec ce mot qui signifie littéralement « pas bien » :

Dame
だめ

Ou celui ci qui veut dire « détesté » mais qui peut aussi être utilisé pour dire « non » de façon grossière:

Iya
いや

Bruce Lee dit "Non"

Vous vous êtes toujours demandé pourquoi Bruce Lee disait « Iyaaaa » quand il tatanait des gens ? Parce qu’il n’était pas content et qu’il avait un JLPT2.

De plus, si « hum » signifie « oui », « hum hum » (retranscrit « ううん ») signifie « non ». Facile, n’est ce pas ?

Dire « Non merci » en Japonais

Kekkô desu
結構です
けっこうです

C’est le terme a utiliser pour refuser quelque chose que l’on vous propose mais qui ne vous intéresse pas. Bref, cela veut juste dire « non merci ».

Je préfère me répéter : cette liste n’est pas exhaustive. Je vous laisse la liberté de publier d’autres façons de dire « oui » ou « non » en Japonais directement dans les commentaires. Bien évidemment, cela marche aussi si vous avez des questions.

Michaël da Silva Paternoster

Français vivant au Japon depuis 2016. Je travaille en tant que manager et consultant en marketing pour plusieurs entreprises japonaises et étrangères.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster