Commander une bière en Japonais

Commander une bière en Japonais

1140 585 Michaël da Silva Paternoster

Savoir commander une bière en Japonais, c’est bien la première chose que devrait apprendre les étrangers avant de venir au Japon. Mais étrangement aucun livre de Japonais et seulement trois pauvres guides de conversation abordent ce sujet sérieux. Rendons hommage à ce breuvage millénaire au travers de cet article qui vous guidera de vos premiers pas sûrs et fermes à votre démarche titubante de fin de soirée.


Avant de commencer, la législation française m’oblige à vous rappeler que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Ça c’est fait… maintenant passons aux choses sérieuses.


Cet article prendra la forme d’une formation en sept modules. Au terme de ce cours de Japonais plutôt accessible, vous serez capable de commander votre bière, sa petite sœur et d’accroitre votre niveau de sociabilisation au Japon. Enfin, c’est ce que je vous souhaite.

L’article n’a pas vraiment commencé et je suis sûr que vous êtes déjà en train de vous demander pourquoi je vais vous expliquer comment commander de la bière au Japon et pas des alcools typiquement japonais. Et bien j’invoquerai deux raisons à ce choix.

Premièrement, saviez-vous que les Japonais consomment 9 milliards de litres d’alcool par an ? C’est énorme, mais le plus dingue c’est que la bière représente deux tiers de ce chiffre. Ce qui fait qu’un Japonais consomme en moyenne plus de 40 litres de bière dans une année. Essayez de consommer 40 litres de saké dans l’année pour voir ! Non, n’essayez pas…

Secondement, parmi cet océan de binouze, seulement 3% du marché est détenu par des producteurs de bière étrangers. Les 97 autres pourcents sont partagés entre quatre grands groupes industriels japonais. Oui, le Japon est le septième plus gros producteur de bière au monde… Et si votre niveau en maths n’est pas catastrophique, vous devriez en conclure que la boisson alcoolisée la plus produite au Japon est de loin la bière !

Trêve de chiffres, abordons ce sujet sérieux sans nous poser plus de questions. Voici les différentes étapes qui nous mènerons à gonfler les statistiques :

Entrer dans un bar

Avant de commander une bière dans un bar, il faut déjà s’y rendre, au bar. Ce n’est pas l’objet de ce guide de survie, puisque vous trouverez des bars occidentaux ou des izakayas (leurs homologues japonais) partout au Japon.

Ça y est ! Vous avez marché 200 mètres, capturé trois Pokémons sur Pokémon Go, vous y êtes. A l’instant où vous franchissez la porte, il y a de fortes chances que vous entendiez :

Irasshaimase
いらっしゃいませ

Vous pouvez traduire cette expressions par : « Bienvenue dans ma taverne, jeune dresseur. »

Si le barman ou le serveur en salle ne vous le disent pas, deux cas de figure : soit il y a trop de clients, et ils n’ont pas que ça à faire. Soit le bar est vide, et vous n’êtes pas le bienvenue. Par contre, si un client vous le dit, concluez-en qu’il est déjà bourré.

A ceci vous pouvez simplement répondre « Bonjour » en Japonais.

Commander sa bière en Japonais

Il ne vous reste plus que quelques pas à franchir pour obtenir votre rafraîchissement. Première chose à faire avant de se jeter sur le bar : constater qu’il n’y a personne qui est en train d’attendre d’être servi. Oui, au Japon on fait souvent la queue au bar. On boit de la bière mais on n’est pas des barbares.

C’est donc maintenant à votre tour de commander. Attention, nous sommes vraiment au point névralgique de toute cette formation, donc restez concentré.

Pour commander la bière pression de base, il vous suffit de dire :

Nama bîru kudasai.
生ビールください。
なまビールください。

Dans cette phrase « nama bîru » signifie « bière pression » et « kudasai » a le sens de « s’il vous plait ». Vous pourriez très bien utiliser simplement « bîru » à la place de « nama bîru », la phrase aurait le même sens. Mais le barman pourrait avoir un doute et vous demander quelle bière vous voulez.

Si vous avez repéré une bière un peu plus sophistiquée sur le menu des boissons, vous pouvez remplacer le terme « nama bîru » par le nom de la bière de votre choix :

Hoegaarden kudasai.
ヒューガルデンください。

C’est super simple vous voyez ? Après il est possible qu’on vous demande la taille de votre verre. Voici le vocabulaire qui vous permettra de répondre à cette question :

  • Pinte : Painto (パイント)
  • Une autre pinte : Hoka no painto (ほかのパイント)

Qui prend encore des demis au vingt-et-unième siècle, sérieux ?

"Mission accomplie" un mec sans ami.

« Mission accomplie » un mec sans ami.

Vous pouvez aussi commander plusieurs bière en Japonais

Il est possible que vous ayez à commander plusieurs bières à la fois. Parce que vous êtes entre amis, ou que vous êtes un petit richard et que vous voulez payer une tournée de « nama bîru » par exemple.

Et bien, ça se complique un peu. Dans la phrase que nous avons vu précédemment, nous n’avons pas eu besoin d’exprimer le nombre de verres. En effet, le fait de ne pas l’exprimer sous-entend que vous n’en voulez qu’un. Si vous voulez plusieurs bières, il va falloir ajouter un chiffre à votre phrase.

Sauf qu’en Japonais, lorsque l’on compte du liquide contenu dans des récipients, on utilise des nombres spécifiques. Les Japonais sont des psychopathes, vous ne le saviez pas ? Oubliez les classiques « ichi », « ni », « san »… De toutes façons, ils ne les utilisent jamais.

Pour compter des verres vous devez utiliser :

  • 1 verre : Ippai (いっぱい)
  • 2 verres : Nihai (にはい)
  • 3 verres : Sanbai (さんばい)
  • 4 verres : Yonhai (よんはい)
  • 5 verres : Gohai (ごはい)
  • 6 verres : Roppai (ろっぱい)
  • Au-delà vous avez trop d’amis.

Les puristes me diront que les termes « hitotsu », « futatsu », « mitsu » employés pour comptez des objets quelconques sont de plus en plus utilisés pour définir les nombres de verres. Ce à quoi je répondrais : « OK, compte des objets quelconques si tu veux, moi je compte des verres. Blaaah ! Zdededex ! »

Revenons-en à nos bières. Si vous souhaitez en commander trois, vous devrez dire :

Nama bîru o sanbai kudasai.
生ビールを三杯ください。
なまビールをさんばいください。

Contrairement au Français, en Japonais le chiffre se place après ce qu’il dénombre. Sinon, ce serait encore trop facile.

Si vous n’aimez pas la bière vous pouvez très bien commander autre chose

OK, je fais peut être une fixation sur la bière. Je l’avoue ! Le Japon n’est pas une dictature. Vous pouvez très bien commander d’autres boissons alcoolisées ou non. Voici une liste des noms de remontants les plus courants en Japonais :

"Cette chose n'est pas une bière... Je crois." Bastien après le verre de trop

« Cette chose n’est pas une bière… Je crois. » Bastien, pensif.

Les vins :

  • Vin rouge : Aka Wain (あかワイン – 赤ワイン)
  • Vin blanc : Shiro Wain (しろワイン – 白ワイン)
  • Champagne : Shanpan (シャンパン)

Les alcools japonais

  • Saké : Nihonshu (にほんしゅ – 日本酒)
  • Alcool de prune : Umeshu (うめしゅ – 梅酒)
  • Shochu : Shôchû (しょうちゅう – 焼酎)

D’autres alcools

  • Gin : Jin (ジン)
  • High Ball : Haibôru (ハイボール)
  • Whisky : Wisukî (ウィスキー)

Les boissons non-alcoolisées

  • Eau : Omizu (おみず – お水)
  • Cola : Kôra (コーラ)
  • Café : Kôhî (コーヒー)
  • Thé : Ocha (おちゃ – お茶)

Comme vous pouvez le voir, à part pour les alcools typiquement japonais, les noms de spiritueux sont repris de la langue anglaise. C’est aussi le cas pour les cocktails. Cela rend la chose nettement plus facile pour les étrangers !

Bref, pour commander autre chose qu’une bière, vous n’avez qu’à reprendre les structures de phrases que nous avons abordé précédemment et remplacer le mot « nama bîru » par la boisson de votre choix. Par exemple, si vous voulez un verre de vin blanc, vous n’aurez qu’à dire :

Shiro wain kudasai.
白ワインください。
しろワインください。

Maintenant que vous avez votre décoction, il ne vous reste plus qu’à la boire. Noooon… Attendez !

Trinquer en Japonais

Quelques centimètres de plus, et votre bouche allait rentrer en contact avec votre breuvage. Vos amis ne l’auraient jamais pardonné. Ils auraient même exigé que vous vous fassiez seppuku avec un tesson de Asahi Ichiban pour laver l’honneur de votre lignée !

Comme en Occident, les Japonais trinquent :

Kanpai !
乾杯!
かんぱい!

japanese-beer

« C’est toujours les mêmes gestes… » Zinédine Zidane dans la pub Volvic.

Écoutez moi bien. Surtout ne dites jamais « Tchintchin »… JAMAIS ! En Japonais, « Tchintchin » c’est ce qu’il y a dans le slip de vos collègues mâles. Et même peut être dans le votre si vous êtes un homme.

D’ailleurs, vous avez fini votre bière et des envies naturelles commencent à envahir vos pensées. Vous voudriez bien reprendre un autre verre, mais cela vous mettrait dans une situation encore plus délicate. Que faire ? Allez sur la page suivante pour continuer cette formation !

Michaël da Silva Paternoster

Français vivant au Japon depuis 2016. Je travaille en tant que manager et consultant en marketing pour plusieurs entreprises japonaises et étrangères.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster
  • Très drôle, mais 40 litres de bière par an, ça ne me paraît pas si monstrueux. En Picardie, j’en connaît qui en ingurgite bien plus que ça. En tout cas j’ai passé un bon moment à te lire. Merci

Laisser une réponse

Partager sur

Send this to a friend