Des lieux touristiques japonais sur des cartes postales centenaires

150 150 Michaël da Silva Paternoster

Cette collection de cartes postales japonaises datant du début du XXe siècle représentent des lieux biens connus des touristes. Un véritable voyage à travers le temps.

Ces cartes postales faites à partir de photographies coloriées à la main sont de véritables documents d’archives. Ils permettent de comprendre à quoi ressemblait des villes comme Tokyo ou Yokohama avant le grand tremblement de terre de 1923, qui a été dévastateur dans la région du Kanto.

Nihonbashi-Dori avant et après le grand tremblement de terre de 1923

Nihonbashi Dori en 1922

Une carte postale de Nihonbashi Dori, un an avant le tremblement de terre de 1923.

Le pont représenté dans cette carte postale est vraiment solide, la preuve avec la photo ci-dessous qui a été prise juste un an après. Les plus petites structures y sont en ruine.

Nihonbashi après le tremblement de terre de 1923

Nihonbashi après le tremblement de terre de 1923.

Aujourd’hui, le pont de Nihonbashi est toujours debout, mais une « superbe » autoroute construite dans les années 1960 la traverse, ce qui gâche un tout petit peu la vue.

Nihonbashi aujourd'hui

T’as survécu à un tremblement de terre ? Bim, mange-toi cette autoroute !

D’autres cartes postales de Tokyo

Fini la rigolade, on enchaîne avec plein plein de cartes postales toutes belles de la capitale japonaise.

Carte postale de la rivière Sumida

La rivière Sumida, juste en face du quartier d’Asakusa entre 1907 et 1918.

Le quartier de Yoshiwara avant 1916.

Le quartier de Yoshiwara avant 1916.

Le quartier de Yoshiwara était réputé pour ses bordels. A l’époque où cette carte postale était produite, des milliers de prostituées vivaient à cet endroit.

Le parc d'Hanayashiki à Asakusa entre 1907 et 1918.

Le parc d’Hanayashiki à Asakusa entre 1907 et 1918.

Ouvert en 1853, le parc d’Hanayashiki est considéré comme étant le plus vieux parc d’attraction du Japon. Il existe encore aujourd’hui !

Le parc d'Hanayashiki

Le quartier d’Asakusa en 1922.

Le quartier d’Asakusa était rempli de dizaines de cinémas. Après un tremblement de terre et plusieurs bombardements, le quartier est devenu nettement moins fun, avant de redevenir un lieu incontournable pour les touristes parcourant Tokyo.

La ville de Katshushika, dans la préfecture de Tokyo.

La ville de Katshushika, dans la préfecture de Tokyo.

Les cartes postales de Yokohama au début du siècle dernier

La ville de Yokohama a joué un rôle majeur dans l’occidentalisation et l’ouverture du Japon au commerce international. De nombreux européens et américains y vivaient à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, ce qui explique certainement pourquoi de nombreuses cartes postales de cette ville nous sont parvenus. Et oui… C’est toujours sympa de recevoir des nouvelles par courrier de ses proches partis vivre à l’autre bout du monde, surtout quand on a pas encore inventé Internet.

Carte postale de Yokohama

Une sacrée montée dans la ville de Yokohama.

Trop de technologies dans cette rue ! Au début du XXe siècle, Yokohama était déjà raccordée au réseau télégraphique, et les gens de la ville se baladaient déjà en tenues occidentales. A deux ou trois buildings près, rien n’a changé…

Rue du théâtre de Yokohama

La rue du théâtre de Yokohama en 1907 ou 1908, on est pas vraiment sûr…

Motomachi-Dori en 1907.

Motomachi-Dori en 1907.

Vous ne rêvez pas, les pancartes sont bien écrites en anglais. Allez ! Un autre cliché de la rue, quelques années plus tard.

motomachi-street-yokohama-postcard-1911

La rue Motomachi-Dori est encore aujourd’hui un lieu où s’alignent les restaurants et les magasins.

J’espère que toutes ces cartes postales vous laissent rêveur et à la fois nostalgique d’une période que vous n’avez malheureusement pas connu. Oui… Sauf toi Grand Papy, on sait, on sait…


Source: Curazy

Michaël da Silva Paternoster

Français vivant au Japon depuis 2016. Je travaille en tant que manager et consultant en marketing pour plusieurs entreprises japonaises et étrangères.

All stories by : Michaël da Silva Paternoster